Les Étudiants de Québec ont le coeur ouvert actuellement

Par le Personnel IMB

Note de l’Éditrice: Pendant la saison de Noël plusieurs églises prient pour la mission et donnent pour la supporter. La portion internationale de notre Offrande pour les Missions Globales CNBC, avec les dons du Programme Coopératif, supporte les ouvriers internationaux pour accomplir la Grande Mission. Les ressources pour promouvoir l’OMG sont en ligne. 

 

QUÉBEC (BP)—Jacques avait la tête pleine de questions avec lesquelles il avait lutté toute sa vie, et quand il a rejoint l’équipe de soccer à son université, il a amené ses questions. 

Robert Pinkston les a entendues—et il savait qu’il en avait les réponses. 

"Jacques m’a dit que depuis son enfance, il regardait la nature et le monde pour dire, 'Il n’y a pas moyen que ceci soit ici par hasard,’” Pinkston, qui est entraîneur bénévole à l’université de Jacques, a dit. “Il a dit qu’il ne pouvait pas avaler la théorie d’évolution qu’il apprenait à l’école. 

Pinkston a commencé à jaser avec lui pendant les dévotions avant le match qu’il tenait pour ceux qui voulait assister. Il rencontrait Jacques pour le café pour parler de Dieu et la foi. 

Un jour Jacques est venu à l’implantation de Robert, et au temps de communion, il s’est mis dans la queue pour la recevoir. Après avoir pris le pain et la coupe, il est venu se mettre devant Robert. 

"Il a dit, ‘Si je comprends bien, ceci représente le corps de Christ qui est brisé pour moi et le sang de Christ versé pour moi.’ Ensuite il a dit, “J’accepte,’” Pinkston se souvient. “C’était comme son moment de conversion.”

Dans les semaines et mois qui suivaient, Jacques est devenu leader dans l’église et dans le ministère au campus, essayant d’être une lumière pour Christ là où il se trouvait. 

C’était un encouragement pour Pinkston et sa femme, qui sont missionnaires IMB et servent parmi les huit millions de Québécois, dont seulement 0,5 pour cent sont croyants évangéliques. Les campus du Québec sont des lieux obscurs. Parmi les 50 campus les moins atteints par l’évangile, tous se trouvent au Canada, et 34 au Québec. 

“Nous n’avons que peu d’accès à ces campus,” Pinkston a dit. “On les appelle les Cinquante Oubliés, parce que ce sont des campus sur lesquels personne ne travaille pour l’évangile.”

Mais les Pinkston trouvent des moyens créatifs pour insérer l’évangile, comme l’entraînement du soccer et l’établissement des maisons de ministère près des campus pour inviter les étudiants aux repas. 

Pinkston remarque qu'il croit que si les Québécois pouvaient juste entendre l'évangile ils allaient répondre. 

"Lorsque mes amis entendent mes présentations de l'évangile, plusieurs disent, 'C'est exactement ce que je cherchais,'" disait-il. "Ils ont beaucoup de questions sur la vie, dont ils cherchent les réponses, pas nécessairement à l'église, mais quand ils nous rencontrent et commencent le dialogue, ils connectent avec l'évangile et veulent en entendre plus. Ils ont le coeur ouvert actuellement." 

Priez pour missionnaires comme les Pinkston, qu'ils soient efficaces dans les stratégies pour atteindre les campus de Québec avec l'évangile. 

Priez que les coeurs des étudiants Québécois soient ouverts à l'évangile dans leurs recherches pour la vérité. 


*Nom changé.


Ré-imprimé de Baptist Press (www.baptistpress.com), service de nouvelles de la Southern Baptist Convention. 

 


Comment


* Note that all comments will be reviewed before appearing on this page.